Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2014

Elections municipales - Asnières-sur-Seine

COMMUNIQUE DE PRESSE

Avec son ralliement à la liste d’union de la gauche menée par Sébastien PIETRASANTA, Blanche MUHLMANN s’exclut du MOUVEMENT DEMOCRATE

Candidate investie par le Mouvement Démocrate à l’élection municipale, Blanche MUHLMANN avait composé une liste forte de plusieurs maires adjoints, figures emblématiques de la majorité sortante menée par le socialiste Sébastien PIETRASANTA. Avec un résultat au premier tour juste au-dessus du seuil de 5%, elle choisit au second tour de fusionner sa liste avec celle de la gauche rassemblée.

Thierry SELLIER, ancien vice-président et toujours membre du MODEM à Asnières et Pierre-Nicolas BUREL, ancien candidat du MODEM à l’élection cantonale et aujourd’hui conseiller national de l’UDI, dénoncent une aventure personnelle de la candidate dont la conséquence est une remise en cause au niveau local de l’alliance nationale du MODEM et de l’UDI au sein de l’ALTERNATIVE.

« Les électeurs ont été trompés et Blanche MUHLMANN prend son parti en otage » observe Pierre-Nicolas BUREL. Quant à Thierry SELLIER, il rappelle la candidate à la charte de l’ALTERNATIVE : « L'alliance avec le PS et les appareils de la coalition au pouvoir (EELV, FDG…) est impossible. Blanche MUHLMANN s’exclut elle-même de notre mouvement, elle doit en tirer les conséquences et démissionner »

Ils partagent cette conviction que la droite républicaine est naturellement le partenaire politique du Centre. « Le Parti Socialiste n’est pas moins socialiste à Asnières qu’ailleurs, la vision du territoire est dogmatique et la gestion partisane et gaspilleuse. Seule la liste menée au second tour par Manuel AESCHLIMANN (UMP) et Thierry RACINE (UDI) porte les valeurs du Centre »

Après la victoire de leur liste dimanche prochain qu’ils appellent de leurs vœux, ils souhaitent mettre en œuvre au sein du futur conseil municipal avec les autres élus centristes le rapprochement initié par Jean-Louis BORLOO et François BAYROU avec l’ALTERNATIVE.

 

 

 

 

14 mars 2007

Communiqué d'Alternative Libérale

medium_Alternative_liberale.GIF

 

Chers blogueurs, adhérents ou soutiens de l’UDF,

Comme il l’a annoncé ce matin, Edouard Fillias , candidat d’Alternative Libérale retire sa candidature à l’élection présidentielle, faute d’avoir pu réunir les parrainages nécessaires, et apporte son soutien à François Bayrou. Il explique sa position dans le texte publié sur notre site.

Toute en gardant son indépendance, son identité et sa liberté de parole, Alternative Libérale a donc choisi de soutenir la campagne présidentielle de François Bayrou pour ses propositions concernant les points suivants qui nous semblent fondamentaux :

Les institutions :

François Bayrou et l’UDF ont fait des institutions un de leurs principaux chevaux de bataille. Cette question peut sembler un peu aride, mais est en réalité totalement centrale. Tant que les réformes institutionnelles n’auront pas été faites, il est illusoire de penser que les autres réformes pourront un jour être votées. Il est nécessaire de mettre en place la proportionnelle qui seule permettra à une Assemblée représentative d’émerger (en terme de représentation des sensibilités politiques, des minorités, des sexes). Il faut redonner du pouvoir au Parlement qui n’est plus aujourd’hui qu’une chambre d’enregistrement à la botte du gouvernement.

Le refus du bipartisme :

Le bipartisme dans lequel l’UMP et le PS souhaitent nous enfermer a montré son inefficacité. François Bayrou a le mérite de dénoncer cette répartition du jeu politique en 2 camps qui ne recoupent plus les sensibilités des Français. Toutes les sensibilités doivent pouvoir s’exprimer, contrairement à ce que pense M. Sarkozy qui a tout fait pour faire de son parti un monolithe. 

La dette et le déficit :

Face à 2 candidats qui alignent promesse sur promesse dépassant ainsi les €50Mds de dépenses supplémentaires, l’UDF défend non seulement un programme sans coût (certes, il vaudrait mieux €50Mds d’économies, mais c’est déjà un mieux), mais insiste sur la nécessité de supprimer le déficit et de réduire la dette. Il est impensable de laisser à nos enfants des dettes aussi monumentales que les €2.000Mds actuels. Bayrou est le seul candidat à vraiment prendre au sérieux cette question.

L’Europe :

Les réformes qui ont permis à la France de libéraliser certains secteurs sont toutes venues d’Europe. Sans l’UE, France Télécom, Air France, EDF, GDF etc. seraient encore en situation de monopole. Le combat pour l’Union Europénne est donc essentiel pour nous autres libéraux.

Etre libéral, c’est croire en l’individu, c’est prôner la confiance, c’est vouloir rendre des choix à la personne. Etre libéral, c’est être humaniste, c’est s’inscrire dans une grande tradition intellectuelle qui a toujours défendu les libertés individuelles et politiques. Les partis libéraux ont toujours siégé au centre, tout au long de notre histoire, jusqu’en 1997. Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler que, au Parlement Européen, l’ALDE (dont fait partie l’UDF) siège avec l’ELDR (auquel Alternative Libérale est en train d’adhérer). Notre place est au centre, elle l’a toujours été.

01:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Alternative, Libérale, Bayrou | | |  Facebook