Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 septembre 2008

Pour le MoDem 92 et pour le MoDem 2012

Le risque de ne voir les choses que de manière partiale existe toujours,

mais la conscience de ce risque aide à y parer.

 

 

Je viens de vivre un moment fort et heureux : le débat entre les listes des candidats aux élections du Mouvement Démocrate dans notre département des Hauts de Seine a contribué à la vie démocratique de notre mouvement dans notre fédération. C’est un grand bien.

 

Ce moment donne raison à tous ceux, dont je fais partie, qui se sont élevés contre l’idée promue par d’autres d’une liste unique au conseil départemental, dont certains voulaient que les candidats soient tirés au sort dans leur section ! Au-delà de l’extravagance d’un tel mode de représentation – le proposerait-on bientôt pour toutes les élections en France ? – il convient de rappeler que le conseil départemental n’est pas l’organe de prolifération et de compétition des sections.

 

Au contraire, cet organe délibératif aura pour mission le contrôle et le compte-rendu des actions du bureau politique départemental menées à l’initiative de la présidence. Il veillera nécessairement à une égale considération de toutes les sections et au développement indispensable au sein de notre fédération des relations et solidarités inter sections.

 

Pour pallier l’absence toujours envisageable de la représentation militante d’une ou plusieurs sections au sein du conseil départemental, notre règlement intérieur départemental a prévu l’élection, au sein de chacune d’entre elle, d’un homme et d’une femme en vue de siéger parmi leurs pairs.

 

 

La campagne électorale a réveillé l’énergie militante de nos adhérents. Elle a également mis en exergue deux formes de management, deux priorités et deux ambitions.

 

Si les deux candidats à la présidence fédérale se retrouvent sur une esquisse du MoDem 92 organisé et fort dans ses résultats aux prochaines élections, le débat de ce soir, point d’orgue de cette campagne, nous a confirmé les grandes distinctions de nos candidats :

 

La présidence de Pierre Creuzet sera plus personnelle, sa priorité pour construire un MoDem fort est la communication externe – la presse et internet -, son combat politique c’est Nanterre.

 

La présidence d’Antoine Dupin sera plus collégiale, sa priorité c’est la formation des militants et l’accueil de nouveaux adhérents, son combat politique c’est l’élection de François Bayrou en 2012.

 

En y regardant de plus près dans la composition des listes c’est flagrant : il nous est proposé de choisir entre MoDem 2014 et MoDem 2012, entre des ambitions à l’échelle de nos villes et une ambition qui nous dépasse parce qu’elle porte un changement pour la France et un espoir de pluralisme dans notre vie politique. Alors simplement organisons notre action dans le bon ordre : 2014 n’existera pas avant 2012.

 

Nul n’en doute, je suis sur une liste, mon choix est fait et bien fait. Si j’avais voulu servir ma personne avant de servir l’ambition de François Bayrou pour la France, deux fois aux moins depuis six mois j’aurais cédé à quelques sirènes et je serais sans doute aujourd’hui sur l’autre navire…

 

Pour le MoDem 92, et pour le MoDem 2012, je fais campagne pour l’élection d’Antoine DUPIN et de ses colistiers à la présidence de notre fédération et pour le meilleur score de la liste « Rassemblement Démocrate 92 » menée par Alexandre HARMAND… Ils sont notre meilleure chance, ils sont votre meilleure chance.

 

Amitiés démocrates

Pierre-Nicolas BUREL

05:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antoine dupin, alexandre harmand | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.